Temps d'échanges " ISOLATION PéRENNE ET PERFORMANTE ET GESTION DE L’HUMIDITÉ"

14H45-15h30 :

IntervenantS : ANTONIN MADELINE - PÔLE ENERGIE BOURGOGNE FRANCE COMTE eT OLIVIer joffre - MURTRONIC

AnimaTEUR : JEAN PHILIPPE COSTES - ENSA/CREBA

Introduction, présentation des intervenants

Zoom sur ce qui se passe dans le mur par rapport à ce qui a été dit avant. Première chose à avoir en tête, modification de l’équilibre hydrique du mur, donc le mur qu’on isole il faut voir comment il est fait et penser à le ventiler.

Attention on n’intervient pas sur un mur qui a des problèmes d’humidité. « Isoler c’est dangereux », il faut isoler mais attention. Engager des travaux = probabilité de créer des nouveaux problèmes comme par exemple concentrer toute l’humidité dans le mur.

Séquence de photos de problèmes d’humidité, échange avec la salle pour trouver la définition du problème : infiltration, dégât des eaux, remontée capillaire, effet de mèche, condensation, migration de vapeur d’eau (point de rosée à l’intérieur de l’isolant).

Attention à la la gestion de l’humidité sur chantier avant même l'occupation du bâtiment (déshumidificateur et ventilation de chantier).

Question : si un mur capillaire est exposé aux intempéries est-ce qu’il fait entrer de l’eau ? Non car c’est temporaire et ponctuel et l’eau est déminéralisée donc ne laissera pas de traces.

Eau sous forme de vapeur : mettre un pare vapeur continu sur toute la surface du mur ou dans la paroi. En contact avec une paroi froide, la vapeur d’eau va condenser : par exemple un tuyau posé sur l’isolant avant de finir le mur.

Quand problème de condensation : d’abord faire un diagnostic pour connaître le niveau d’humidité, les débits de ventilation, voir les températures des parois. Importance quand on a un système de ventilation en place si il est vraiment efficace dans les pièces à ventiler (cuisine et salle de bain notamment). Si la vapeur d’eau est dans le mur, soit c’est un flux d’air parasite soit une migration de vapeur. Dans le premier cas il faut limiter le flux d’air et avoir des matériaux capillaires en façade pour sortir cette vapeur d’eau à l'extérieur et dans le deuxième cas il faut limiter le transfert vers le mur en utilisant un pare vapeur et toujours la capillarité en façade. Eau sous forme liquide : tous les problèmes évoqués avant sont possibles. Olivier Joffre présente toutes les solutions possibles pour les remontées capillaires, effets de mèches, etc.

Conclusion rapide : 7 règles de bonne conception relatives à l’humidité : ventiler mécaniquement, traiter les remontes capillaires avant la rénovation, frein vapeur, respecter la perméabilité croissante des matériaux dans le mur, traiter les ponts techniques, et choisir entre ITE et ITI en fonction des avantages et inconvénients.